Feudeymon :: Le Chaudron Baveur
Feudeymon Index du Forum

Feudeymon
Le p'tit coin des PNetiens

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Chaudron Baveur
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Feudeymon Index du Forum -> Les origines de Feudeymon -> Londres -> Chemin de Traverse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Saina
Serdaigle
Serdaigle

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2013
Messages: 80
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Juin - 19:35 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant


 
 

Excusez les quelques petites fautes, elles sont dues à une mauvaise relecture de ma part et il n'est pas possible de les modifier !  
 
Toutes mes excuses pour vos pauvres petits yeux ! :° 
 
Présentation de Pete 
 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 6 Juin - 19:35 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Karim
Poufsouffle
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2013
Messages: 93
Masculin

MessagePosté le: Sam 15 Juin - 18:16 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant

CRAC !
 

 
La sensation de tournis s’apaisa en quelques millièmes de seconde. A peine Karim sentit-il ses pieds toucher quelque chose de dur que le sol se déroba sous lui, et il chuta en arrière. Il ferma instinctivement les yeux et contracta le dos pour amortir le choc. Il y eut un bruit sourd suivit d’une série de petits bruits d’objets qui tombent à terre. Heureusement, pas de casse. Quand le sorcier ouvrit finalement les yeux, il constata qu’il ne se trouvait pas là où il avait souhaité se trouver : ce n’était pas le Chaudron Baveur, mais plutôt ce qui ressemblait à une bibliothèque, et manifestement il avait transplané au beau milieu d’une pile de livres, à en juger l’étalage d’ouvrages renversés un peu partout autour de lui.

 
** Tous ces transplanages quotidiens me fatiguent, pensa-t-il contrarié. Voilà que je ne sais même plus choisir une destination correcte. **

 
En effet, le sorcier n’avait jamais autant transplané que ces dernières semaines. Il n’habitait pas à Londres mais s’y rendait tous les deux jours minimum, car c’était le foyer du Monde magique, et en ce moment, le Monde magique allait mal…

 
Karim se releva et s’épousseta. Il constata avec soulagement qu’il se trouvait dans une pièce vide, sombre et coupée de l’extérieur ; sans doute une réserve. D’un coup de baguette, il fit voler les livres à leur place puis se décida à poser sa main sur la poignée de la porte. Il écouta un moment : des bruits de conversation étouffés lui venaient par vagues de l’autre côté du battant. Il glissa sa main dans la poche de son jean afin d’avoir en permanence sa baguette à portée, puis poussa l’huis. Il se retrouva de l’autre côté, dans ce qui ne ressemblait plus à une bibliothèque à présent, mais plutôt à une librairie. La réserve dont il venait de sortir se situait au fond du magasin, entre deux rayons de magazines. Karim fit donc le chemin qui le séparait de la sortie à pieds, essayant de paraitre naturel quand il passa devant la caisse.

 
A l’extérieur, il prit une grande bouffée d’air et jeta un regard autour de lui : s’il s’était trompé de commerce, il ne s’était au moins pas trompé de rue ! Le Chaudron Baveur était situé à droite de la librairie moldue dont il venait de sortir. Il s’y engouffra rapidement pour ne pas attirer l’attention des passants sur lui. Les lumières tamisées et l’atmosphère chaleureuse le firent tout de suite se sentir à l’aise. Il retrouvait les lieux qu’il connaissait bien. Il s’installa au bar et commanda un Rhum groseille. Le Chaudron Baveur était étrangement vide en cette fin d’après-midi.

 
** Je me demande s’il ne faudrait pas que je m’installe ici pour quelques nuits. Le temps de trouver un métier sur le Chemin de Traverse ou ailleurs. Ça m’évitera les déplacements. **

 
Le barman le tira de ses pensées en posant face à lui son verre d’alcool. Il le sirota distraitement.
 

_________________


Revenir en haut
Lavalya
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2013
Messages: 292
Localisation: Sous les décombres de Pnet
Bélier (21mar-19avr) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 20 Juin - 20:29 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant

Sa vision se brouillait de temps à autre et sa tête commençait à tourner. Depuis plusieurs heure Lavalya avait une migraine monstrueuse et ses lunettes n'arrangeait rien. C'était comme si à chaque minute on lui portait un coup dans les tempes. Et cela durait depuis la veille, fichu soleil chaque année c'était la même chose quand il se décidait à refaire son apparition ça lui faisait une réaction allergique plus ou moins forte.
 

 
Elle avait passé des entretiens mais dans son état elle n'avait même pu lancer un sortilège correct et c'était humiliant car la jeune femme était très fière. Elle flânait sur le chemin de traverse en espérant que le petit vent frais arrange les choses. Elle offrait ses jambes et ses bras à cette brise venu d'on ne sait où et décida de faire un peu de shopping car elle avait plusieurs heures devant elle et entra dans une librairie. 

 
* Ah j'adore cette odeur et cette ombre me fait du bien* 

 
Elle mis ses lunettes de soleil sur sa tête pour pouvoir lire les reliures, lavalya était seule dans la boutique le propriétaire était surement à l'étage ! Risqué ? Pas dans le monde la magie oh un petit sort et c'était fini ! En parlant de ça elle avait trouvé un livre intéressant ... Et se plongea dans les premières pages pour voir si elle l'allait l'acheter. Elle devait être raisonnable n'ayant encore pas de travail mais elle ne pouvait pas résister au livre.
 

 
* Heureusement que j'ai une assez grande bibliothèque* 

 
Elle sentit une ombre passée près d'elle et se retourna instinctivement mais les rayons du soleil se reflétant dans la vitrine l'empêcha de voir qui sortait de la boutique. 
 

 
Quand elle eut finit de faire le tour des étagères et pris en main 4 livres supplémentaires la vendeuse arriva et s'étendit en excuse qu'elle expédia d'un geste de la main. Sa voix lui donnait le tournis. 
En sortant la chaleur lui tomba dessus comme un chape de plomb et elle décida d'allez boire un verre à l'ombre du chaudron baveur. Si dans la boutique elle s'était sentie à l'aise là elle était bien, le bar était toujours aussi peu éclairée et elle pu enfin enlevée ses lunettes et avisa une table pour s'assoir lorsqu'elle vit une silhouette familère.
 

 
*Karim !!!!!!!!!!!!!!!!!!!*
 

 
Bien sur dans sa tête elle cria sa joie de revoir son ancien collègue et surtout ami ... Mais en apparence elle avait toujours sa mine des jours où il ne fallait pas l'approcher à moins de 100 mètres sauf avec des pincettes. Mais Karim avait ce don d'apaiser les tensions et elle avait de lui parler ...
 

 
" Je peux m'assoir ? "  

_________________


Revenir en haut
Karim
Poufsouffle
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2013
Messages: 93
Masculin

MessagePosté le: Jeu 20 Juin - 21:46 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant

- Un autre, marmonna Karim au barman en posant son quatrième verre vide de Rhum groseille sur le zinc.     
      
Le barman le regarda en fronçant les sourcils ; il semblait peu enclin à lui servir un autre verre mais Karim appuya son regard en baissant légèrement la tête et sans cligner des paupières.     
      
- Bon, très bien, très bien… Mais c’est le dernier ! Et après ça, vous rentrerez chez vous, mon jeune garçon !     
      
Karim tendit la main vers le cinquième verre que lui tendait l’homme. Il contempla un moment le liquide rouge et limpide qui s’agitait à l’intérieur, y mit son nez pour humer puis s’apprêta à le porter à ses lèvres quand…     
      
- Je peux m'assoir ?     
      
Le sorcier sursauta légèrement sur son tabouret et le Rhum se renversa un peu partout sur sa chemise, en débordant du verre. Il poussa un juron et posa le contenant sur le zinc avant de lentement se tourner vers l’origine de cette voix. Il scruta un moment le visage féminin qui se dressait face à lui et le reconnut aussitôt quand celui-ci s’éclaira à la lumière diffuse. Il écarquilla alors les yeux, ouvrit légèrement la bouche et murmura :     
      
- Lavalou…     
      
Au son de sa voix et à son attitude penaude, il était aisément devinable qu’il avait bu.     
      
Karim n’avait pas vu Lavalya Marchombre depuis la fermeture de l’école dans laquelle ils travaillaient ensemble, bien qu’ils se soient envoyé des lettres pour partager leur amertume face à leur licenciement commun. Malgré ses quatre ans en moins, Lavalya avait été le mentor en Sortilèges de Karim et cela durant sept ans. Ce que peu de gens savaient, c’était que les deux jeunes gens se connaissaient depuis qu’ils étaient bambins. Lavalya était une femme incroyablement talentueuse, sans doute la plus talentueuse de sa promotion à l’époque de leurs études à Poudlard. Elle avait été embauchée à 17 ans comme Professeur, un fait unique dans l'histoire de l'école. Karim l’estimait beaucoup pour cela, en plus de la bienveillance de l’ex Serpentard qui l’avait pris sous son aile. Il avait partagé tant de choses avec elle qu’ils étaient devenus extrêmement proches. Le fait que les deux collègues avaient souvent dû garder une certaine distance professionnelle devant leurs élèves renforçait aujourd’hui l’excitation du jeune homme, en retrouvant son amie dans de toutes autres conditions qui lui permettaient de se laisser aller, volontiers, à des effusions de joie.     
      
Passée la surprise, Karim se leva donc littéralement de son tabouret et enlaça Lavalou avec tant d’émotion qu’il en devenait presque maladroit. Il finit par libérer son amie et l’invita aussitôt à s’asseoir à côté de lui.     
      
- Ça fait… un bail ! Alors, qu’est-ce que tu deviens ? Et Eglantine et les enfants ? Comment ça se passe à Chudley ?     
      
La jeune sorcière se fit assaillir de questions ! Elle avait écrit dans une de ses lettres à Karim qu’elle s’était installée avec sa famille dans un petit village sorcier du nom de Chudley, dans le Devon Central. Karim n’y avait jamais mis les pieds malgré les nombreuses invitations de Lavalou et il était impatient d’avoir des nouvelles d’elle. Mais il ne lui laissa pas le temps d’ouvrir la bouche qu’il disait déjà :     
      
- Qu’est-ce que tu prends à boire ? Je t’offre un verre ; ce genre de retrouvailles est si rare à Londres !     

_________________




Dernière édition par Karim le Ven 21 Juin - 22:03 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Lavalya
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2013
Messages: 292
Localisation: Sous les décombres de Pnet
Bélier (21mar-19avr) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 21 Juin - 00:46 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant

Quand elle lui adressa la parole Lavalya eut la satisfaction de voir Karim sursauté ! Décidément c'était toujours aussi facile de le surprendre. Elle adorait ce jeu lorsqu'ils étaient enfants ... Enfin elle l'adorait plutôt car malgré ses 4 ans de plus c'était elle qui arrivait à lui faire peur. Elle avait un don inné pour ça mais Karim en avait un aussi ... Celui de la faire culpabiliser ! Il suffisait à l'époque pour que ses yeux noisettes entourés par de grand cils lui donnant encore plus un air innocent s'inondent de larmes pour que son cœur fonde.  Et elle passait l'après midi à essayer de se faire racheter et tout était bon à prendre des gâteaux cramés qu'elle avait essayer de faire (elle n'était pas très bonne en cuisine) allant jusqu'à lui offrir ses précieux livres. 
Il mit quelque petite secondes à la reconnaître et à elle à reconnaître qu'il avait légèrement trop bu ou même beaucoup trop d'ailleurs ... Elle allait faire comme à son habitude le rappeler à l'ordre car c'était un truck bien à elle de materner ses amis Karim, Julius , Maena ou Lia en faisant encore les frais. Mais elle s'interrompit et nettoya simplement sa chemise tâchée par sa boisson !
 

 
Mais à peine finit Karim l'enlaça comme il ne l'avait plus fait depuis longtemps.  Depuis presque neuf ans en fait lorsqu'il l'avait félicité de sa réussite car très vite il furent amenés ensemble et durent mettre des barrières à leur relation car les ragots allaient vite dans un château et ce n'aurait pas été une attitude professionnelle de se conduire comme des adolescents bien qu'ils l'étaient toujours à l'époque. Heureusement qu'il 'avait été là d'ailleurs parce qu'à cette âge même si on se nommait Lavalya Marchombre la pression avait été très forte. 

 
Elle fit un signe au serveur pour commandé un Whiskey pur feu pour elle et pour Karim la même chose que ces précédents verres. Ce qui lui attira les foudres du dit serveur mais elle lui répondit assez sèchement : 

 
- C'est un grand garçon et votre travail n'est pas de nous materner !
 

 
Elle se demanda s'il n'allait pas mettre quelque chose dans son verre mais un simple sort de vérification suffirait. Elle s'assit en face de son ami mais quelques choses la tracassait tout de même il avait l'air triste et elle se demandait pourquoi ... Avant ça elle répondit tout de même à ses questions. 

 
- Oh et bien rien de bien neuf j'ai eu un entretien à Sainte Mangouste tout à l'heure mais j'ai tout raté à cause de cette fichue migraine ! Et puis de toute façon les malades très peu pour moi, entendre des gémissements toute la journée me conduirait seulement à abréger leurs souffrance.
 

 
Cette réplique ne tira qu'un pauvre sourire à Karim ce qui l'inquiéta encore davantage d'habitude bien qu'horrifier par ses propos il en riait. En fait Karim était sa conscience en quelque sorte et il faisait en sorte qu'elle ne se laisse pas aller à ses pulsions meurtrières.  Elle continua :
 

 
- Eglantine va très bien, et elle devrait arriver aujourd'hui, et les enfants sont chez moi avec Ruyk notre elfe de maison. En parlant de ça d'ailleurs je voudrais que tu sois le parrain d'Agathe c'est normal après tout !
 

 
Avant qu'il n'ai pu avoir aucune réaction, le serveur apporta leurs boissons et une musique jazzy se fit entendre dans le bar. C'était ça ! Cette musique lui rappela un souvenir dans lequel Karim s'amusait à se déhancher en rythme et malgré ses suppliques Lavalya n'aurait pour rien au monde voulu se rendre ridicule ... Mais là elle but son verre d'une traite en entraîna Karim sur la piste qui n'existait pas pour le faire tournoyer, au départ il ne comprenait pas trop ce qu'il lui arrivait mais il finit par se prendre au jeu et le lieu finit par résonner des éclats de rire des deux amis sous le regard désapprobateur du propriétaire. 

_________________


Revenir en haut
Karim
Poufsouffle
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2013
Messages: 93
Masculin

MessagePosté le: Sam 22 Juin - 01:46 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant

L’apparition surprise de Lavalou au Chaudron Baveur était un véritable rayon de soleil dans la sombre journée qu’avait passé Karim. Car s’il était ici à une telle heure, alors qu’il aurait dû se trouver chez lui, c’était pour de bien tristes raisons.
 
Lavalou commanda pour eux deux, et le sorcier fut ravi de la voir fermer le clapet du barman qui ouvrait déjà la bouche pour répliquer. De toute manière, le dernier verre que Karim avait réussi à s’accorder de la part du patron avait fini sur sa chemise, alors il en méritait bien un autre en guise de réparation ! Son amie s’assit en face de lui. Il l’écouta attentivement parler d’elle et de sa nouvelle vie, mais malgré tous les efforts du monde, il n’arrivait pas à être parfaitement réceptif à ce qu’elle lui confiait, et il souriait avec peine quand elle lançait une blague ou une allusion comique.
 
- Oh et bien rien de bien neuf j'ai eu un entretien à Sainte Mangouste tout à l'heure mais j'ai tout raté à cause de cette fichue migraine ! lui dit-elle d’abord. Et puis de toute façon les malades très peu pour moi, entendre des gémissements toute la journée me conduirait seulement à abréger leurs souffrance.
 
Elle laissa un temps de pause pour voir si Karim suivait bien tout ce qu’elle disait. Il se contenta d’acquiescer doucement pour l’inciter à poursuivre tandis qu’intérieurement, il se fit la réflexion que Lavalou avait autant de mal que lui à trouver du travail ; ce qui prouvait bien qu’on entrait dans une période difficile pour le Monde magique.
 
- Eglantine va très bien, poursuivit la jeune femme, et elle devrait arriver aujourd'hui, et les enfants sont chez moi avec Ruyk notre elfe de maison.
 
Lavalou fit mine de faire une deuxième pause, ce qui allait obliger Karim à ouvrir la bouche pour lui répondre, cette fois-ci ; sans quoi elle aurait eu de bonnes raisons de s’inquiéter de l’état de son ami. Mais c’était une ruse, car Lavalou poursuivit d’une voix malicieuse, dès qu’elle le vit relever le menton et comme si elle oubliait juste un léger détail sans importance :
 
- En parlant de ça d'ailleurs je voudrais que tu sois le parrain d'Agathe c'est normal après tout !
 
Karim resta la bouche ouverte, d’abord surpris, puis franchement chamboulé par la demande de son amie quand il comprit qu’elle était très sérieuse. Il sentit une vague de chaleur monter dans son corps, et cela n’était pas dû aux effets du Rhum groseille. Au même moment, les premières sonorités d’une mélodie jazzy émergèrent du vieux poste de radio posé sur le bar, et alors que le barman leur apportait leur consommation, Lavalou se leva pour entraîner le sorcier par la main, après avoir soigneusement bu son verre d’une traite comme pour dévoiler au grand jour le grain de folie qui se dissimulait derrière son véritable caractère.
 
Karim ne s’était pas préparé à ça. Il n’eut pas le temps de toucher à son propre verre qu’il trébuchait déjà dans les pieds de son tabouret, puis se faisait transbahuter à travers la pièce par une Lavalou au sourire solaire. Les papillons qui s’étaient éveillés dans son ventre se mêlèrent alors à une sensation grisante de tournis, autant causée par ses précédents verres que par leurs pas de danse. D’un seul coup, Karim oublia tous ses problèmes. Il en oublia jusqu’au jour qu’on était, l’heure sur sa montre et où il se trouvait en ce moment même. Tout le décor s’effaça pour ne laisser place qu’à deux amis dans un parfait moment de transe ; à cet instant, ils n’avaient plus d’âge…
 
Le jeune sorcier éclata d’un rire incontrôlable et spontané, alors que ses yeux se plissaient de bonheur et que sa vision se brouillait. Il comprit brusquement qu’il avait les larmes aux yeux. Alors, très rapidement, il calma le rythme de sa partenaire. Le Chaudron Baveur réapparut, le temps se remit à s’écouler paisiblement… Par timidité, et surement, aussi, à cause d’un peu de fierté mal placée, Karim lâcha les mains de Lavalou et détourna la tête vers le comptoir pour cacher ses yeux humides.
 
- Houlala ! Lavalou, tu m’as donné le tournis ! l’accusa-t-il faussement avec un petit rire d’excuse.
      
Il se rassit au comptoir, ébouriffa rapidement ses cheveux et se saisit de son verre de Rhum. Il en but une gorgée qui l’aida à apaiser les battements encore très vifs de son cœur d’enfant. La musique jazz lui semblait maintenant plus lointaine. Déjà, elle redevenait ce simple fond sonore distant et grésillant ; elle qui, quelques secondes auparavant, crépitait dans son esprit comme un feu d’artifices. Le silence qui s’installa dans leur discussion, car ils étaient surtout tous les deux très essoufflés, fut pour le moins pesant.
      
- Ma Lavalou, tu n’imagines pas la joie que tu viens de me procurer, confia le sorcier d’une toute petite voix. Évidemment, évidemment que j’accepte d’être son parrain ! Et j’ai déjà hâte de venir faire un petit coucou à cette jeune friponne, de même qu’à Nathas et à Eglantine.
 
Karim rebut une gorgée de Rhum groseille puis reposa son verre, croisa les bras et fixa son amie la tête penchée. Il lui sourit avec chaleur ; un sourire franc qu’il réservait à peu de gens. Il y avait aussi un brin de malice, et une lueur tendre dans son regard. Il avait l’air d’être littéralement tombé amoureux... Alors, il se pencha et déposa un léger baiser sur les lèvres de son amie, qui n’eut pas même le temps de réaliser ce qu’il se passait. Lui que Lavalou arrivait toujours à embarrasser ou à faire rougir, pour son plus grand plaisir, bien sûr, venait de retourner la situation à son avantage, pour la toute première fois depuis sept ans.
  

_________________


Revenir en haut
Lavalya
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2013
Messages: 292
Localisation: Sous les décombres de Pnet
Bélier (21mar-19avr) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 23 Juin - 14:23 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant

Lavalya était très heureuse finalement d'avoir osé pour une fois ! Et puis elle était avec Karim et s'il y avait bien quelqu'un qui ne la jugeait pas c'était bien lui et ça faisait du bien.  Elle fit abstraction que leur danse avait plus l'air de l'absurde que de l'artistique et des pieds de son ami qui de temps en temps  s'emmêlaient dans les siens pour n'entendre que son rire. Elle se sentit soulagée, la tristesse dans les yeux des personnes proches la laissaient perplexe et elle ne savait pas trop comment y remédier mais la visiblement elle avait réussi.  
Mais ce petit moment de plénitude s'arrêta aussi vite qu'il avait commencé, le retour à la réalité fut brutal pour la jeune Marchombre, elle était si bien la seconde précédente mais ses inquiétudes lui revinrent en tête avec force. Karim n'avait pas voulu le montrer mais elle était presque sur qu'il avait envie de pleurer.  

 
- Houlala ! Lavalou, tu m’as donné le tournis ! l’accusa-t-il faussement avec un petit rire d’excuse. 

 
Pendant que son ami essayait de se donner une contenance son cerveau fusait à plein régime ... Et essayait de voir ce qu'elle n'avait pas bien fait , ou fait ou encore pas fait. C'est pour ça que Lavalya évitait les relations avec les autres c'était d'un compliqué mais pour certaines personnes elle  avait le courage d'essayait d'interpréter les réactions émotionnelles des autres. Elle se rassit automatique face à Karim et continua à réfléchir si bien qu'elle n'entendit que d'une oreille ce qu'il dit ensuite :  

 
- Ma Lavalou, tu n’imagines pas la joie que tu viens de me procurer, confia le sorcier d’une toute petite voix. Évidemment, évidemment que j’accepte d’être son parrain ! Et j’ai déjà hâte de venir faire un petit coucou à cette jeune friponne, de même qu’à Nathas et à Eglantine. 

 
*Bon finalement je n'ai pas été si nulle que ça* 

 
Et avant même qu'elle puisse émerger totalement un autre évènement la plongea dans la plus grande perplexité... Elle sentit un effleurement  sur ses lèvres qui avait le goût de la groseille, la fraîcheur d'une brise d'été et l'attrait de la nouveauté. Le moins que l'on puisse dire c'est que Lavalya était surprise ... Elle ressemblait à un poisson hors de l'eau  puisqu'elle essayait de parler sans pour autant avoir l'idée d'une phrase en tête. Sa pensée pourrait se résumer à celà : 

 
* Nonméomémé Eglantine Nonmémoé c'est une blague Nonméméeuh c'était agréable Nonmémeu c'est maintenant qu'il le fait * 

 
Et ainsi de suite jusqu'à l'éclair de lucidité ! Elle n'était pas obligé d'exiger une explication à la seconde et puis il ne fallait pas trop donner d'importance à un fait pour l'instant isolé. Mais en tout cas ce qu'elle savait c'est que Karim avait besoin d'une présence et elle était là donc elle se pencha à la limite de son tabouret et le serra contre elle longuement et ne put s'empêcher de penser qu'il sentait extrêmement bon. 

 
- Tu es toujours le bienvenue chez moi tu le sais ! Mais comme je ne passe jamais assez de temps avec toi j'ai eu une idée. On est en manque de travail et les temps redeviennent obscurs si l'on regarde bien donc j'aimerais bien ouvrir une boutique sur le chemin de traverse pour offrir nos services. Pas en tant que garde du corps mais plutôt briseurs de sort libéral ! Je suis sur que tu as des familles qui ne veulent pas faire appel à Gringotts et puis au passage on pourrait offrir nos services à ceux qui n'arrivent à se débarrasser de créatures magiques indésirables ! 

 
En parlant elle avait gardé les mains de Karim dans les siennes et jouait avec ses ongles ...  

 
- Et puis on pourrait voyager aussi ! Après tout ce n'est pas toujours les mêmes qui doivent se faire plaisir. 

 
Elle faisait référence à Eglantine, bon elle lui avait pardonné parce qu'elle voulait repartir sur de bonnes bases mais elle n'avait jamais vraiment eu de détails sur ses explorations et puis elle avait envie de bouger un peu, être maman lui plaisait mais sa vie était terne un peu sans action, ni rebondissement et elle aimais la magie pour ça car elle lui réservait toujours des surprises. 

 
Elle redemanda la même commande qu'au départ ... Elle tenait bien l'alcool de toute façon et pour Karim et bien au pire elle demanderais à sa cousine de faire une potion anti gueule de bois. Les verres arrivèrent rapidement, sûrement parce que le barman voulait les voir déguerpir au plus vite et pour cacher la rougeur  qu'elle avait sentie lui monter aux joues elle l'avala d'une traite et ce n'est pas pour rien qu'on l'avait appelé le Whisky pur FEU. 

_________________


Revenir en haut
Karim
Poufsouffle
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2013
Messages: 93
Masculin

MessagePosté le: Dim 23 Juin - 18:54 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant

Les lèvres de Karim esquissèrent le début d’un sourire quand il vit que son baiser avait eu son petit effet sur Lavalya. Le jeune sorcier décida de faire comme si rien ne s’était passé et but, non sans mal, une dernière gorgée de son Rhum groseille : le goût sucré et fort de la boisson commençait à peser sur son palais, sa tête lui tambourinant d’arrêter avant qu’il ne se rende définitivement malade.

Mais brusquement, coupé en plein débat intérieur contre sa bonne conscience, Karim se sentit enlacé par Lavalou. Il resta pétrifié quelques secondes, surpris par le retour de son amie, avant de dégager un bras pour en faire tout autant qu’elle. Le corps chaud et doux de Lavalya réchauffa le sien mieux que n’aurait pu le faire une dizaine de Rhums groseille. Paisible, Karim se serait endormi ici même, sur son tabouret ; pourvu qu’il reste confortablement niché tout contre Lavalou !

Mais comme vous le savez surement, toute bonne chose à sa fin, et la fin de ce câlin arriva elle aussi. Lavalou dit :


- Tu es toujours le bienvenue chez moi tu le sais !


Suite à quoi, elle mit doucement un terme à leur étreinte, gardant toutefois leurs mains jointes. Karim eut envie de dire quelque chose, mais il se retint. Lavalou poursuivait de toute façon :

- Mais comme je ne passe jamais assez de temps avec toi j'ai eu une idée.
- Ah oui ? Laquelle ? demanda-t-il en haussant un sourcil, moitié intrigué, moitié amusé.
- On est en manque de travail et les temps redeviennent obscurs si l'on regarde bien donc j'aimerais bien ouvrir une boutique sur le chemin de traverse pour offrir nos services. Pas en tant que garde du corps mais plutôt briseurs de sort libéral ! Je suis sur que tu as des familles qui ne veulent pas faire appel à Gringotts et puis au passage on pourrait offrir nos services à ceux qui n'arrivent à se débarrasser de créatures magiques indésirables ! Et puis on pourrait voyager aussi ! Après tout ce n'est pas toujours les mêmes qui doivent se faire plaisir.

Les yeux de Karim brillèrent de vivacité. Les effets de l’alcool s’estompèrent alors qu’il faisait fonctionner son cerveau à plein régime, tournant et retournant les quelques phrases que Lavalya venait de prononcer. Mais oui… mais oui ! C’était une véritable idée de génie ! S’ils ne parvenaient pas tous les deux à trouver du travail, ils n’avaient qu’à lancer leur propre commerce ! Et à deux, les affaires auraient d’autant plus de chances de marcher, sans compter qu’ils avaient sept et neuf ans d’expérience à leur actif, précisément dans le domaine des Sortilèges…

- C’est ce genre de propositions dont je rêve depuis des nuits ! s’écria Karim. Seul, je n’aurais jamais eu l’audace de proposer mes services, mais à deux, les choses deviennent plus sérieuses ! Tu connais mon style de Magie, en plus, et tu sais comme j’ai un faible pour les Sorts de Protection… Avec tes connaissances des Maléfices, et avec toutes ces rumeurs de Mage noir qui commencent à éveiller l’inquiétude de la foule, on va taper en plein dans le mille !


Karim se retenait pour ne pas sauter au cou de Lavalya. Un maigre espoir venait de s’éveiller au beau milieu de cette suite de recrutements qu’il avait dernièrement ratés, parce qu’il n’avait « pas le profil ». Plus que l’énerver, ces refus à répétition l’avaient empêché de retrouver un salaire pour assurer la sécurité de sa famille, qui avait déjà des dettes à rembourser du temps où Karim était encore enseignant à Poudlard. Le peu d’argent qu’ils avaient de côté leur assurait de ne pas devoir hypothéquer leur maison à Tinworth, en payant leur créancier au compte-goutte pour les retenir le plus longtemps possible. Mais la situation n’était clairement plus vivable, et les conséquences avaient été lourdes sur le couple du sorcier…

Se remémorer tout ça lui provoqua un haut-le-cœur. Il s’aperçut alors que Lavalou avait recommandé deux verres pour eux, et il ne lui en fallut pas plus. Il se leva en renversant son tabouret mais eut à peine le temps de se retourner avant de régurgiter tous les verres qu’il avait bu sur le plancher. Ce fut le signal qu’attendait le barman. Il se mit à hurler :

- ET VOILA CE QUI ARRIVE ! ALLEZ DEHORS ! VOUS – il désigna Lavalya -, VOUS LE PRENEZ AVEC VOUS ET VOUS DEGUERPISSEZ ! DEHORS, DEHORS !
- Silencio ! formula fortement une voix.

Stupéfait, Karim se rendit alors compte qu’il s’agissait de la sienne ! Encore à genoux, il n’avait pas pu contrôler ses nerfs ; il lui semblait que sa baguette venait d’agir toute seule, en lançant un Sortilège de Mutisme au barman qui se retrouva sans voix, au sens propre comme au figuré. Ce dernier porta ses mains à sa gorge d’un air révolté. Il ne devait pas maîtriser les Sorts informulés car il ne se saisit pas de sa baguette, mais tapa plutôt du poing sur le zinc pour attirer l’attention des quelques autres sorciers présents. Fort heureusement pour Lavalya et Karim, ces autres sorciers avaient une dégaine insolite et un air amorphe. La plupart d’entre eux levèrent leur nez mousseux de leur pinte de bière, mais ils semblaient plus intéressés par le plancher fraîchement souillé que par le barman ensorcelé…

- Lavalou, gémit Karim dont le teint devenait livide, je n'ai pas où dormir !

Il n’était vraiment pas en forme, avec son visage ruisselant de sueur et les cernes qui commençaient à apparaître sous ses yeux. Le fait est qu’il s’était rendu au Chaudron Baveur à cause d’une énième dispute entre sa fiancée et lui. Les choses avaient si mal tournées cette nuit là que Cassandre avait clamé qu’elle retournerait chez ses parents, hors de la Grande-Bretagne, et en emmenant leur jeune fille Alice avec elle.

Karim ne pouvait pas retourner chez lui dans cet état et son premier plan qui consistait à passer la nuit au Chaudron Baveur venait de tomber à l’eau. Il se rappelait des mots de Lavalya avant que leur étreinte ne cesse, mais il ne pouvait résolument pas lui demander de dormir chez elle ; il n’aurait que trop abusé de la bonté de son amie. Coincé et en proie à un horrible mal de tête, il ne savait plus quoi faire. Quoi qu’il en fût à présent, l’urgence les pressait de s’éclipser du bar avant que des bouteilles vides ne pleuvent sur leur caboche !
      

_________________


Revenir en haut
Lavalya
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2013
Messages: 292
Localisation: Sous les décombres de Pnet
Bélier (21mar-19avr) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 23 Juin - 20:26 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant

Lavalya était satisfaite de son idée d'autant plus que Karim était enthousiaste ! Même leur magie se complétait parfaitement, à eux deux ils pouvaient faire face à tout les sorts possibles et inimaginables ... Enfin si tout se passait bien. Et puis elle n'était pas censé connaître les sorts les plus noirs qui soient mais elle en connaissait un certain nombre ... Et espérait que les autorités ne le sachent pas un jour. Après tout elle ne s'en servait pas ... 
Quotidiennement. 


Puis tout se passa très vite ... D'un climat enjouée, la situation vira à la catastrophe ... Karim fut malade et avant même que Lavalou puisse réagir, cet imbécile de barman complètement fermé à toute forme d'humour ou de joie hurla comme si on lui arrachait la chambre et il ne saura jamais à quel point il en fut proche.
 
 
 
- Non mais il va se taire oui le mollusque !  


Outré le barman s'apprêtait à répondre quand le dis malade lança un sort. Lavalya admira l'habileté du sort et dire qu'il y a quelques années à peine il avait du mal à le lancer en pleine forme et concentré. Il avait des progrès. Mais elle s'en voulu un peu d'avoir hurler après ce mufle alors que le pauvre était encore à terre.  
 


Sans ce soucier du barman qui appelait à l'aide les autres clients bien plus éméchés que les deux ex-enseignants de Poudlard. Ce qui retient le plus son attention c'est la supplique de Karim mais avant d'y répondre elle l'entraîna derrière le chaudron baveur. 
 
 
Elle lui nettoya la bouche sans même prendre sa baguette, c'était un sort mineur, et plaça un bras autour de son coup et le leva comme s'il n'était qu'un fichu de paille. Quand on voulait faire des Sortilèges à haut niveau il fallait une bonne condition physique. La température de son ami l'inquiéta.. . Il était bouillant et espérait que l'air frais lui fasse du bien.   
 
 
 
Une fois dehors elle l'assit contre le mur par terre, bon ce n'était pas forcément très propre mais elle pour le soigner elle avait besoin de ses deux mains et plutôt que de lui affliger  l'humiliation de l'emmener à St Mangouste elle amena St Mangouste à lui. Quelques secondes plus tard elle lui administra une potion pour qu'il puisse marcher convenablement et faire baisser sa température.  
 
 
- Voilà c'est fini, on va chez moi ! Et tu y restera le temps qu'il faut M'amour. 
 
 
Par instinct elle lui avait donné le surnom qu'elle utilisait enfant. Et ils purent enfin transplaner. 
 
 

_________________


Revenir en haut
Catalina
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2013
Messages: 176
Localisation: Dans les nuages
Féminin Taureau (20avr-20mai) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Mar 6 Aoû - 12:08 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant

C'était une journée d'été ordinaire qui commençait pour les habitants de Londres. Un ciel partiellement nuageux, qui laissaient quelques rayons de soleil éclairer les rues commerçantes pour mettre de bonne humeur les individus, et une température digne d'un mois d'Août, ni trop chaude, ni trop froide.

Cependant, ce n'était pas un jour normal pour tout le monde. Catalina Millers allait débuter un nouveau travail, comme employée au Chaudron Baveur. Certes, c'était un domaine très loin de celui du Professorat, ou de la Direction des Maisons, mais il ne lui était pas inconnu car avant de travailler à l'école de magie, elle avait exercé plusieurs petits métiers pour gagner sa vie comme serveuse, ou employée dans une bibliothèque. Elle revenait à ses premiers amours, en sommes.

Après une bonne douche, une séance d'essayage pour trouver la tenue idéale, une touche de maquillage et un voile de parfum, la jeune femme était prête ! Elle jeta un dernier coup d'oeil dans le miroir, puis s'empara de son sac à main. Une serveuse ne devait pas être trop habillée, donc Cathy avait misé sur un jean moulant, un tee short blanc avec un col en V, et une paire de ballerine. Il ne manquait plus qu'un tablier, et ça serait parfait.

Sur le chemin du Chaudron Baveur, l'ancien Professeur noua ses cheveux bouclés à l'aide d'un élastique, en laissant volontairement tomber une mèche de chaque côté du visage.

- C'est l'heure, s'exclama-t-elle en entrant dans l'établissement.

Elle se présenta au gérant avec beaucoup de politesse, expliqua brièvement sa situation en n'entrant pas dans les détails non plus pour ne pas l'ennuyer, puis écouta les instructions de son nouveau patron sur ses fonctions à venir et les taches à accomplir, même si elle en avait déjà une vague idée. Après cet échange bien rapide, elle déposa ses affaires dans un vestiaire personnel sans énormément de chichi, attacha ledit tablier qui manquait à sa tenue autour de sa taille et prit la direction des tables pour les nettoyer, dans l'attente de l'arrivée des clients à servir, et ça, avec son plus beau sourire.


Dernière édition par Catalina le Mer 7 Aoû - 08:27 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Edwen
Serdaigle
Serdaigle

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2013
Messages: 13
Féminin

MessagePosté le: Mar 6 Aoû - 22:00 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant

Edwen venait d'arriver à Londres et résidait provisoirement au Chaudron Baveur. Elle aimait faire la grasse matinée mais la chambre qu'elle avait obtenue pour quelques mornilles la nuit ne comportait qu'un lit dur et miteux, et elle fut incapable de dormir après les premiers rayons de soleil. Elle arrangea comme elle put son visage fatigué à l'aide d'un élixir "Beau Matin" et attacha ses cheveux en une queue de cheval. Elle enfila les premiers vêtements qui lui tombèrent sous la main : une robe légère aux couleurs vives et un chapeau ensorcelé pour rester frais. Même avec des habits légers, la chaleur restait étouffante. Une fois prête, elle descendit pour prendre son petit déjeuner dans le bar presque vide. 


Lorsqu'elle s'installa sur sa table favorite, une minuscule chouette lui déposa le dernier numéro de la Gazette du Sorcier. Edwen lisait la première page quand une serveuse en tablier blanc vint à sa rencontre et lui demanda ce qu'elle voulait. 


-Tous mes amis m'ont recommandé le jus de mûres du Chaudron Baveur. Il paraît que c'est une de vos spécialités. J'aimerais également du porridge s'il vous plaît. 


La serveuse prit note sur un petit calepin et repartit vers les cuisines. Edwen observa les quelques sorciers en train de boire leur café, notamment un homme dont la barbe semblait pousser à vue d'oeil et touchait le sol. Il lisait la notice s'un remède de St Mangouste. Les autres lisaient leur journal ou discutaient d'un air morose.
La serveuse, dont le badge indiquait "Catalina", revint avec sa commande. Edwen trouvait ce nom drôlement familier.


-Merci. Dites, j'ai l'impression de vous connaître... Vous n'étiez pas à Poudlard il y a quelques années par hasard ? 
_________________
--Absente jusqu'au 1er septembre--
Revenir en haut
Catalina
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2013
Messages: 176
Localisation: Dans les nuages
Féminin Taureau (20avr-20mai) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Mer 7 Aoû - 09:06 (2013)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur Répondre en citant

Il était encore relativement tôt, les premiers rayons du soleil se laissaient à peine voir, et pourtant, Catalina était déjà au Chaudron Baveur pour entamer sa journée de travail. Elle s'était occupée du nettoyage des tables, ainsi que d'une partie de la vaisselle quand une cliente qui séjournait dans l'une des chambres de l'établissement descendit. Cathy lui laissa quelques instants pour s'installer, voir faire son choix si elle voulait commander quelque chose. En attendant, elle put terminer de laver les dernières assiettes. Elle se lava les mains, prit son calepin et une plume pour écrire, puis se dirigea vers la jeune femme.

- Bien le bonjour ! Que puis-je vous servir ?

- Tous mes amis m'ont recommandé le jus de mûres du Chaudron Baveur. Il paraît que c'est une de vos spécialités. J'aimerais également du porridge s'il vous plaît.

Catalina acquiesça puis nota la commande sur son calepin, avant de tourner les talons pour repartir vers les cuisines. Pendant que le porridge réchauffait un peu pour être à bonne température, elle servit un grand verre de jus de mûre. C'était un excellent choix car il faisait lourd aujourd'hui, et le jus était bien frais. Rien de tel pour se réveiller et être de bonne humeur toute la journée. La jeune femme prépara un bol de porridge, puis déposa le tout sur un plateau, en faisait attention à prendre des couverts et une serviette.

Elle revient bien rapidement vers sa cliente, un grand sourire aux lèvres. Elle déposa le bol avec les couverts à côté, ainsi que le verre de jus de fruits. Elle s'apprêtait à repartir vers le bar quand on lui posa une question, qui pouvait la rendre un brin nostalgique.

- Merci. Dites, j'ai l'impression de vous connaître... Vous n'étiez pas à Poudlard il y a quelques années par hasard ?

- Oui, c'est le cas. Pour ma scolarité, puis pour enseigner et diriger l'une des maisons. Je suppose que vous étiez également là bas pour me reconnaître. Malheureusement, votre nom ne me revient pas ... Mademoiselle ... ?
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:35 (2017)    Sujet du message: Le Chaudron Baveur

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Feudeymon Index du Forum -> Les origines de Feudeymon -> Londres -> Chemin de Traverse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Design by Killian